Retraite Active Index du Forum Retraite Active
Ce forum s'adresse à tous les retraités et futurs retraités. Les membres de ce forum ont la possibilité de discuter de tous leurs centres d'intérêt que ceux-ci soient les voyages, les loisirs ou l'actualité, entre autres.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

étude du suffixe " phobie "

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Retraite Active Index du Forum -> Politique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
inser



Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 85

MessagePosté le: 29-04-2019 17:55    Sujet du message: étude du suffixe " phobie " Répondre en citant

Le suffixe" phobie " est à la mode .
Ce fil est dédié à son étude.
la méthode des 5D (pour rappel : Dévaloriser, Discréditer, Disqualifier, Déshonorer, Diaboliser)


Il est frappant de constater la multiplication des termes en « phobie ». Dès lors que l’on veut délégitimer une idée, on la transforme en phobie. Cela fait passer cette idée du domaine politique au domaine psychiatrique. En effet on ne débat pas avec un « phobe », à la rigueur on le fait soigner.

En qualifiant de " phobique" l 'avis d 'un débatteur , on exclut ce dernier du champ de la rationalité et même de la santé mentale.

Cet emploi fréquent de ce suffixe " phobie " interdit l 'expression d 'une pensée alternative. C 'est une forme insidieuse de censure. Le débat démocratique a tout à perdre de son usage systématique.



ce fétichisme de la non-discrimination est fortement empreint d’une sorte de marxisme culturel qui nous pousse à analyser les rapports sociaux en termes de dominants-dominés ou de bourreaux-victimes. Par exemple, l’Occident est défini dans l’opinion dominante (à défaut d’être l’opinion majoritaire) par une structure patriarcale, homophobe, raciste et sexiste (à abattre urgemment !). Toute différence considérée, à tort ou à raison, comme supérieure est dès lors « oppressante » et doit être gommée.

L'accusation de complotisme est detinée à nous empêcher de penser le réel. Accessoirement à empêcher d'écouter ceux qui en sont accusés, alors que bien souvent, si les conclusions peuvent être débattues, les faits eux, sont réels.
Nous sommes donc priés de croire au hasard et à la narration de ceux qui ont le pouvoir.
N'importe qui, enquêtant sur un crime par exemple, cherche à qui il profite et s'il existe des indices concordants...


https://www.atlantico.fr/decryptage/3569929/bruno-retailleau---chez-lrem-le-neoliberalisme-economique-et-financier-fusionne-avec-le-gauchisme-culturel--

Les fondations du marxisme culturel remontent à 1922, du temps de Lénine. Lukács et Münzenberg décident de changer la mentalité des peuples d’Occident qu’ils considèrent immatures puisqu’ils n’adhèrent pas spontanément aux joies du communisme.

La finalité : démolir brique par brique les fondations de la civilisation occidentale.

En 1933, l'Institut essaime vers les États-Unis où il va s'américaniser et contaminer les universités de Columbia, Princeton, Brandeis, California-Berkeley.

Le Marxisme Culturel s'est ainsi imposé suivant une stratégie ébauchée en 1922 à Moscou, élaborée à Francfort, parachevée aux USA. Avant de s'attaquer à l'Europe, il a d'abord investi les grandes universités américaines puis toute la société. Sous le nom de Political Correctness, il asservit maintenant tous les pays occidentaux.


La phobie est une pathologie reconnue médicalement et parfois corrigeable. Elle correspond à un sentiment de peur. Elle est propre à tout organisme vivant et concours à sa survie. Ainsi en est il du proverbe : la peur n'évite pas le danger. Avoir peur est donc naturel et nécessaires. De fait, ériger la peur au niveau de délit ou de crime de la part du législateur est nécessairement une dérive dangereuse vers une forme déguisée de totalitarisme. S'il faut craindre l'exclusion sociale parceque l'on a peur de quelque chose : où va t on


changement de référentiel : du sexe à la race, de la totalité à l 'individu
tactique du dénigrement
"injurier ses adversaires"
c'est le mode de pensée de la gauche
un peu comme "bobo" ou "facho", des mots simplistes qui réduisent le débat à néant.
nterdisant de fait une pensée alternative.
Mais ce n'est que de la manipulation mentale, de la guerre psychologique,
Le meilleur moyen de prôner ces déviances n'est-il pas de prétendre que c'est un crime de les critiquer
Homophobie : fallacieux prétexte servant à l'institution d'une homocratie totalitaire.
faire taire toutes voix critiques.
stigmatiser les courants de pensée
n’apporte rien au débat,
<t>Le suffixe "phobie" a été inventé pour faire croire que le rejet voire la condamnation d'une chose est nécessairement lié à une déviance ou une immaturité.</t>Au lieu de participer au débat on traite l 'autre de malade
« forme insidieuse de censure »
nous empêcher de réfléchir,
nous empêcher de réfléchir,
une pression fourbe
paralyser
inhibition
obstruer
acculer au silence contraindre
censure
intimidation
Un moyen d'intimidation qui laisse penser qu'il existerait une pensée unique, une voie droite
technique rhétorique destinée à disqualifier l'interlocuteur.
museler
verrouille les moindres vérités
éviter de se faire contredire et confisquer la parole,
faisant main basse sur le discours
expression d'intolérance de ceux qui pensent différemment. Les politiquement corrects veulent que tous les autres tiennent "bouches cousues".

Je suis, par exemple, frappé par la multiplication des termes en « phobie ». Dès lors que l’on veut délégitimer une idée, on la transforme en phobie, ce qui la fait passer du domaine politique au domaine psychiatrique. Car on ne débat pas avec un « phobe », à la rigueur on le fait soigner. En phobisant un adversaire, on l’exclut du champ de la rationalité et même de la santé mentale. Autrement dit, on le psychiatrise. Autre exemple, l’extension fascinante de la définition du racisme pour désigner une série de phénomènes qui historiquement relevaient de tout autre chose que du racisme. Qu’il s’agisse du plaidoyer pour l’assimilation nationale et républicaine, de la critique de l’immigration massive ou celle du multiculturalisme, l’idéologie diversitaire a tendance à y voir du racisme, et la peur de se voir coller cette étiquette pousse bien des intellectuels et des politiques à se taire ou du moins, à euphémiser leur réflexion, dans l’espoir de passer sous le radar et d’éviter les polémiques. De ce point de vue, le politiquement correct est une machine qui ne cesse de s’étendre. Le sentiment qu’il est de plus en plus difficile d’exprimer un désaccord sans être voué aux gémonies alimente une frustration politique indéniable. C’est pourquoi le politiquement correct me semble être l’un des carburants qui alimente ce qu’on s’obstine à appeler le populisme sans jamais vraiment le définir.

L’idéologie diversitaire pousse à la dissolution des peuples occidentaux, mais aussi des identités sexuelles, comme on le voit avec la théorie du genre, qui sert essentiellement à gommer les dernières traces de la nature dans la culture. En fait, ce sont toutes les identités historiques qui ont structuré notre civilisation qui sont visées. Le sens de l’histoire les emporterait, et on ne s’oppose pas à lui, à moins de consentir à devenir d’un coup réactionnaire ou nostalgique, et de quitter dès lors le champ de la respectabilité médiatique. Nous sommes devant un processus de déstructuration anthropologique qui disloque les fondements même de l’existence sociale.


Les contrôleurs de la circulation idéologique qui patrouillent l’espace public vont essayer de coincer politiques et intellectuels pour dérapage et mieux les enfermer dans un mauvais rôle. Et qu’est-ce qu’un dérapage sinon l’aveu qu’il existe une ligne tracée dont on ne peut s’éloigner sans se faire coller une contravention idéologique ?

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/mathieu-bock-cote-le-reve-de-nos-progressistes-cest-de-fabriquer-un-nouveau-peuple-etranger-lidentite-historique-de-la-nation-13-106418

La notion de fake news est en train de prendre une signification qui est tout autre que celle du bobard classique, pour devenir de plus en plus une manière de disqualifier des interprétations du réel qui sont en contradiction avec l’idéologie diversitaire.

Telle est la tentation nouvelle de certains progressistes, qui voudraient bien expulser juridiquement leurs adversaires de la vie publique, ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où pendant des années, ils ont réduit leur pensée à une série de phobies, qu’il fallait combattre comme tout autant de manifestations d’une forme d’intolérance congénitale chez tous ceux qui se montrent suspects à l’endroit du mouvement de la modernité.

Si la démocratie libérale abolit la diversité politique et intellectuelle et la possibilité d’un débat véritable entre plusieurs options pour nous convertir de force, au nom du sens de l’histoire, à l’utopie diversitaire, vous me permettrez de la trouver difficilement reconnaissable.

il ( le politiquemet correct ) cherche à se consolider une fois pour toutes, en passant de la disqualification morale de la dissidence à sa disqualification juridique.

http://les-minuscules.blogspot.com/2019/03/le-triomphe-des-lumieres.html

Enfin, tournons-nous à nouveau vers le droit pénal spécial c’est-à-dire vers la loi du 29 juillet 1881 qui organise la liberté d’expression notamment par le droit de la presse. Il y a l’article 27 de cette loi qui dit ceci : « La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros. » La première observation sera de rappeler que le droit positif permettait très bien de lutter contre les fausses nouvelles, et que la loi fake news avait donc bien pour but exclusif de porter atteinte à la liberté d’expression sur les réseaux au profit du pouvoir macronien.


maccarthisme
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Retraite Active Index du Forum -> Politique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Les cles du midi retraite Plan retraite


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com